Chronique #11 : Gare aux sirènes de la présidentielle : non, l’extrême droite ne protègera pas nos droits !

03/04/2022

Cela ne vous aura pas échappé malgré les nouvelles terribles arrivées d'Ukraine qui noient toutes les autres : le 10 avril 2022 aura lieu le premier tour des élections présidentielles. Vos goûts sont sûrement très hétérogènes, mais avouons que le menu s'annonce assez peu appétissant...

Marine Le Pen s'est lancée il y a plusieurs années dans une campagne de « dédiabolisation » du RN en se targuant de défendre les causes LGBT+, en se désolidarisant de certaines positions historiques de l'extrême droite (comme les propos homophobes de Jean-Marie Le Pen, qui ne valent vraiment pas la peine d'être retranscrits ici). D'ailleurs, cela fonctionne, puisque son parti séduit de plus en plus de couples homosexuels, selon une étude du Cévipof datant de 2016. A cette entreprise de séduction s'ajoutent les coming out de plusieurs cadres de la direction du RN, « argument » qui termine de convaincre certaines personnes encore réticentes.

Le fondateur d'Act Up, Didier Lestrade, accuse dès 2014 l'extrême droite de liguer les homos contre les « minorités raciales ». En effet, une des nouvelles rengaines de l'extrême droite pour rallier les LGBT+ à sa cause est la soi-disant menace représentée par l'Islam et les étrangers...

Ah ?! Les musulmans et les « étrangers », porteurs de ces valeurs d'ailleurs, seraient plus homophobes, plus transphobes, plus sexistes que les bons indigènes de France, dûment français depuis les ancêtres de leurs ancêtres ? Que nenni ! Répond l'IFOP, leader des études d'opinion en France, dans un sondage de 2019  : « seuls 6% des victimes décrivent leur agresseur comme « maghrébins » et à peine 2% de couleur noire, signe que le degré d'ethnicisation des agressions reste assez faible [...] Les résultats de cette enquête battent quelque peu en brèche les idées reçues selon lesquelles la violence homophobe n'émanerait que de certains groupes ethniques ou culturels [...] ».

Donc non, ce ne sont ni les « minorités ethniques », ni les musulmans, ni les étrangers qui menacent nos droits (moins sérieusement, si les statistiques vous énervent, regardez les photos de la manif pour tous, ça devrait suffire à vous convaincre). N'adhérons pas aux discours de la droite radicale qui soufflent à nos oreilles des informations erronées pour s'attirer nos faveurs : mensonges, manipulations !

Et puis, qui est allée se faire applaudir sur les estrades de la manif pour tous en défendant la cause des valeurs familiales traditionnelles ? Quel parti politique était au premier rang des manifestations pour l'abrogation de la loi Taubira en 2016 ? Franchement, comment peut-on convaincre des couples gays mariés de voter Le Pen quand on a à ce point le cul entre deux chaises ? J'aimerais bien comprendre, parce qu'on dirait malheureusement que sa stratégie fonctionne... ça ne vous fait pas réfléchir cinq minutes, les contradictions de ce genre ?

Bref, ne nous énervons pas. D'ailleurs, pour éviter l'ébullition, je ne vais faire qu'évoquer en surface les déblatérations de bas étage d'Eric Zemmour, sans les citer, en m'associant à la position pudique et honorable de SOS homophobie qui « refuse de diffuser les discours discriminants et vous invite à dénoncer ces propos autrement qu'en les relayant ». Disons donc simplement qu'il sera jugé en 2023 pour diffamation aggravée après ses propos sur les mouvements LGBT et féministes.

Un dernier truc pour finir. Ne croyez pas faire acte de rébellion politique en boudant les urnes ou en choisissant de voter blanc dans un hypothétique second tour Macron-Le Pen, le 24 avril, sous prétexte de préserver votre petite hygiène intellectuelle en refusant de voter pour Macron si vous ne l'aimez pas. Cela relève du non-engagement, c'est une décision stérile, et si l'extrême droite arrive finalement au pouvoir après le second tour, vous pourrez vous considérer en partie responsables, c'est-à-dire complices.

Tous droits réservés 2021
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !